AUTOBOYOGRAPHIE – CHRISTINA LAUREN

Autoboyographie de Christina Lauren – Hugo New Way – 360 pages
Date de parution : 12 avril 2018

Résumé :

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté !
Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.

Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

Avis :

Tanner et Autumn sont meilleurs amis, ils sont étudiants à Provo high, une petite ville perdue dans de l’Utah.
Tout deux s’inscrivent au Séminaire, un cours ou les élèves doivent écrire un livre en quelques mois. Pour les aider durant la rédaction de leurs romans, leur professeur fait appel à Sébastian, l’élève qui a édité son manuscrit après avec remporté le Séminaire l’an passé.
Et il a suffit d’un regard pour que Tanner éprouve des sentiments pour Sébastian, fils de l’évêque de l’église mormon de la ville.

Alors pour commencer, je ne noterai pas cette lecture car je l’ai abandonnée. J’ai lu 16 chapitres (sur 22) et l’épilogue. Je n’ai pas souhaité poursuivre ma lecture car je ne suis pas rentrée dans l’histoire, je me suis pourtant forcée mais le plaisir de lire n’était plus là et rien de bon ne pouvait en ressortir.
Pourtant le duo Christina Lauren est un duo que j’aime beaucoup, j’ai adoré la saga « Beautiful » et « Wild Seasons » mais voilà, parfois il y a des histoires avec lesquelles on accroche pas. Cela ne veut pas dire que l’histoire est mauvaise ou que vous, vous n’aimerez pas. En fait, j’ai fait un blocage sur les références constantes à la religion.

Tanner et Sébastian vont ressentir une attirance immédiate, pour Tanner, qui vit dans une famille plutôt ouverte, il va pouvoir en discuter, mais en ce qui concerne Sébastian, il va être beaucoup plus tiraillé entre son orientation sexuelle et la pression religieuse de sa famille mais également de la ville très conservatrice dans laquelle ils habitent.

J’ai bien conscience que cette pression religieuse dans des familles ultra conservatrices est réelle et que cette histoire à une signification très particulière pour l’une des auteures. Mais à la lecture, j’ai moi même été étouffée par ce carcan, cette pression. Mon cerveau c’est déconnecté de l’histoire pour se focaliser uniquement sur les mormons, la mission, la bible, la prière et tout ce qui va avec.

Ce livre n’est simplement pas fait pour moi, ce qui n’enlève rien à la justesse des émotions des personnages et à la qualité d’écriture de ce roman, qui sort de ce à quoi j’étais habituée, avec Christina Lauren.

Laisser un commentaire