Au bonheur de ces dames

 

 

 

 

 

 

AU BONHEUR DE CES DAMES

ANGELA BEHELLE

Hugo Roman – Editions Blanche – 455 pages – Date de parution : 14 octobre 2015

Résumé :

À 18 ans, Jérémy quitte le confort douillet et protecteur de sa campagne normande pour se lancer dans de brillantes études littéraires à Paris.

Alors quoi de plus normal pour ce jeune homme passionné de lectures que d’être irrésistiblement attiré par la librairie ancienne qui se situe juste sous ses fenêtres, de l’autre côté de la rue ?

Intimidé, hésitant, il attend, puis se décide enfin à pousser la porte. Une clochette qui tinte, un parquet qui craque sous les pas, une odeur de bois, des livres par milliers, et, aux commandes de cette boutique hors du temps, une personne qu’il ne s’attendait pas à trouver là.

Un seul regard de Claudia, la voluptueuse libraire qui se cache derrière les étagères suffit pour que la vie de ce jeune puceau provincial bascule définitivement. Fasciné par cette femme mystérieuse qui se propose de faire de lui un homme, Jérémy se soumet, corps et âme, à une lente et savoureuse initiation à tous les plaisirs de la chair.

Mais entrer dans l’univers de Claudia signifie également en accepter les règles et les secrets plus nombreux qu’il n’y paraît. Au fur et à mesure qu’il pénètre l’intimité de sa sulfureuse maîtresse, Jérémy comprend qu’il a mis le doigt dans un engrenage aussi sensuel que dangereux.

Il n’est cependant pas certain qu’il ait envie de s’y soustraire. Au contraire. Son insatiable appétit d’apprendre le conduit, un livre de Zola sous le bras, à en réclamer toujours plus. Au risque, peut-être, de compromettre son avenir.

Avis :

Jérémy emménage à Paris pour poursuivre ses études en classe préparatoire d’hypokhâgne.
Elève brillant et studieux, jusqu’ici rien ne l’a écarté du droit chemin. A 18ans, ce jeune provincial est toujours puceau.
Après s’être installé dans son studio, Jérémy est de plus en plus intrigué par la librairie en face de chez lui, il fini par se décider à franchir la porte et est stupéfait d’y trouver, non pas, un vieux monsieur tout décatit mais une femme charmante et sensuelle.

Jérémy intimidé et impressionné tombe immédiatement sous le charme de la voluptueuse Claudia.
La jolie libraire ayant remarquée l’émoi qu’elle provoquait, propose alors à Jérémy de l’aider dans ses études et va peu à peu devenir une éducatrice bien particulière et développer l’apprentissage dans d’autres domaines.

Claudia va alors pousser Jérémy à toujours donner le meilleur de lui-même.
Elle va exiger, il va lui obéir. La jolie libraire va se révéler être une initiatrice intraitable mais juste et Jérémy ne sera motivé que par les récompenses qu’il obtiendra de sa singulière maitresse.

Au fil de sa transformation, Jérémy va prendre de l’assurance et va percer quelques secrets de l’énigmatique Claudia.
Cependant, l’élevé surpassera t-il le maitre ?

J’ai mis quelques jours à écrire cette chronique, le temps de « digérer » l’histoire et de vraiment la comprendre.
Même si les écrits de l’auteure me parlent étrangement, je suis une incorrigible romantique, pour moi, l’amour est plus fort que tout et triomphe de tout !
Alors j’étais un peu mitigée, mais ayant lu tous les livres d’Angela Behelle, je me suis rappelé qu’elle aimait nous bousculer, s’affranchir de la morale, l’auteure aime mettre le doigt sur ce qui dérange et sur ce qui n’est pas convenable (aux yeux de notre société) comme dans le T9 de la société : Secrets diplomatique: « L’interdit à un gout plus suave » cela pourrait également s’appliquer « Au bonheur de ces dames »

Angela Behelle remet en question le sens de l’amour et nous pousse à nous interroger : Qu’est-ce qu’est vraiment l’amour ? Qu’est-on prêt à faire, à accepter ? Un amour sans entrave, sans égoïsme ni jalousie est il possible ? L’amour n’a t’il vraiment pas d’âge ?

L’auteure signe de nouveau un récit séduisant et envoutant qui teste une nouvelle fois nos limites, nous bouscule, mais toujours pour notre plus grand plaisir. Une premier partie un peu longue (mais c’est ce qu’exige l’apprentissage) et une deuxième partie beaucoup plus captivante et intrigante.

Vous ne connaissez pas encore Angela Behelle ? Il faut, dans ce cas, absolument remédier à ça, je vous conseille très fortement sa série « La Société ».

Laisser un commentaire